lundi 22 janvier 2018

Le "Notre Père": une prière missionnaire

Le « Notre Père »: une prière missionnaire
Résultats de recherche d'images pour « ABBA Père » 
Depuis deux ans environ, notre paroisse s’est engagée dans la mission. Cela ne se fait pas à pas de course, comme il se devrait, mais le Seigneur Jésus nous accompagne sûrement sur la route de l’évangélisation; et je suis sûr qu’Il est heureux de nous voir prendre le tournant missionnaire.

Une fois que nous nous mettons à la suite de Jésus comme disciple-missionnaire, tout prend l’odeur et la couleur de la mission. Aujourd’hui à la messe, j’ai dit à nos paroissiens que le Notre Père est une prière essentiellement missionnaire. Je n’avais jamais pensé à cela auparavant, du moins aussi clairement. J’y ai vu un signe comme quoi la pensée et le désir missionnaires se frayaient un chemin au dedans de moi.

Voici en quoi la première partie du Notre Père est une prière essentiellement « MISSIONNAIRE »:

Le Notre Père: une prière missionnaire

Notre Père, qui es aux cieux:

Jésus le premier missionnaire a quitté le ciel pour venir habiter parmi nous, mourir et ressusciter et ainsi nous conduire au ciel. Tous les enfants de Dieu doivent savoir que leur but est au ciel, et non pas sur la terre:   

« Si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre. » (Col 3, 1-2)
Le soir avant sa mort, Jésus a dit:

« Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place”? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. » (Jn 14, 2-3)

Que ton nom soit sanctifié:
Si nous désirons que le nom de Dieu, autrement dit Dieu Lui-même, soit béni, loué, respecté et aimé, il faut d’abord que les gens connaissent qui est Dieu et qu’ils croient en Lui. Mais comment quelqu’un peut-il connaître le vrai et unique Dieu, si personne ne parle de Lui? C’est ce qu’a merveilleusement compris et écrit l’apôtre Paul dans sa lettre aux Romains:
 « En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Or, comment l’invoquer, si on n’a pas mis sa foi en lui? Comment mettre sa foi en lui, si on ne l’a pas entendu? Comment entendre si personne ne proclame? Comment proclamer sans être envoyé ? Il est écrit: Comme ils sont beaux, les pas des messagers qui annoncent les bonnes nouvelles! » (Rm 10, 13-15)

Que ton règne vienne:
Note: Ici j’utiliserai dans le même sens les mots « règne de Dieu » et « royaume de Dieu ».
Le règne de Dieu ne viendra pas par magie, sans que nous mettions la main à la pâte. Dieu, dans sa grande Miséricorde, veut avoir besoin de nous. Il veut que nous soyons participants et coopérants à l'oeuvre du salut. Quelle grâce; quelle responsabilité!
« Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. » (Mt 6, 33)
« Jésus dit à un autre: « Suis-moi. » L’homme répondit: « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua: « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. » (Lc 9, 59-60)
« L’homme que les démons avaient quitté lui demandait de pouvoir être avec lui. Mais Jésus le renvoya en disant: « Retourne chez toi et raconte tout ce que Dieu a fait pour toi. » Alors cet homme partit proclamer dans la ville entière tout ce que Jésus avait fait pour lui. » (Lc 9, 38-39)

Les disciples de Jésus, il y a deux mille ans, attendaient un Règne de Dieu éclatant, dont tous auraient l’évidence. Jésus nous invite à croire à un Règne de Dieu qui est la plupart du temps caché aux yeux des hommes, mais bel et bien présent dans le cœur des enfants de Dieu. Ne nous fions pas aux apparences, car les apparences peuvent nous décourager. Croyons à la RÉALITÉ. Et la réalité est sûrement celle-ci: Dieu dans sa bonté, ne laisse certainement pas le mal prévaloir sur le bien dans sa création et sur cette terre.
« Comme les pharisiens demandaient à Jésus quand viendrait le règne de Dieu, il prit la parole et dit : « La venue du règne de Dieu n’est pas observable. On ne dira pas: “Voilà, il est ici !” ou bien: “Il est là !” En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous. » (Lc 17, 20-21).

Que ta volonté soit faite:
Voici quelle est la Volonté de notre Père du ciel:
« Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé: que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. Telle est la volonté de mon Père: que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. » (Jn 6, 38-40)
« Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. » (Jn 10, 10)
« J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos: celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix: il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. » (Jn 10, 16)
« Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. » (1 Tm 2, 4)
« La volonté de Dieu, c’est que vous viviez dans la sainteté. » (1 Th 4, 3)
« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5, 48)

Autrement dit, la VOLONTÉ DE DIEU, C’EST LE SALUT DES ÂMES et NOTRE SANCTIFICATION.
En ce sens, voici un très beau texte de saint Maximilien Kolbe:
« Puisque la gloire de Dieu resplendit surtout dans le salut des âmes que le Christ a rachetées de son propre sang, le zèle de la vie apostolique doit consister avant tout et par-dessus tout à procurer le salut, et même la plus grande sanctification du plus grand nombre d’âmes possible. » (Saint Maximilien Kolbe, deuxième lecture de l’office des lectures du 14 août, dans le bréviaire ou la Prière du Temps présent).

Questions pour un partage :
- Quelle phase de cet enseignement me touche le plus et me pousse à l’action?
- Où en est mon zèle missionnaire?
- Où en est mon désir de sanctification personnelle?




samedi 20 janvier 2018

20 janvier: date mariale mémorable

20 janvier: date mariale mémorable 
Marie apparaît à Alphonse Ratisbonne
Résultats de recherche d'images pour « rue du Bac et Alphonse Ratisbonne »
Fresque représentant la conversion d'Alphonse Ratisbonne. Dès que vous entrez dans l'enceinte du monastère de la rue du Bac, vous pouvez voir à votre gauche, gravée dans la pierre, la vie de sainte Catherine Labouré. La dernière fresque représente la conversion d'Alphonse Ratisbonne car il est dit que cette conversion fut le plus grand miracle que l'on doive à la Médaille miraculeuse.  

Chers amis, il y a trois jours, j’ai écrit un blogue sur une apparition de la Vierge Marie que je ne connaissais que de nom. Le 17 janvier 1871, notre Mère du ciel est apparue à des enfants à Pontmain, et a sauvé la France de l’invasion prussienne (voir le blogue du 17 janvier).

Le 19ème siècle est un siècle où la Vierge Marie est apparue sur terre à quelques reprises. Une des apparitions les plus fameuses est celle de la rue du Bac à Paris alors que la Vierge est apparue à une jeune religieuse du nom de Catherine Labouré. Le 27 novembre 1830, la Vierge Marie, apparaissant à Catherine Labouré, lui demande de faire frapper une médaille selon le modèle qu'elle a devant les yeux. Ce fut l'origine de la "MÉDAILLE MIRACULEUSE". 

Le monastère de la rue du Bac est mon endroit préféré à Paris. La rue du Bac est une rue commerçante. Je me souviens du jour où, ne connaissant pas le numéro de la porte du monastère, je suis entré dans deux magasins pour m'informer de l'adresse du monastère. À deux reprises, je me suis fait dire qu'on n'avait jamais entendu parler de cette chapelle des apparitions. Je n'en croyais pas mes oreilles. Je pensais qu'on se moquait de moi. 

Dès qu'on entre dans l'enceinte du monastère, on a l'impression d'entrer dans un autre monde. Les bruits de la ville d'effacent et on sent une grande paix, une Présence. C'est le même sentiment et la même expérience que l'on vit à chaque endroit où notre Mère du ciel est apparue sur cette terre. 

Le 20 janvier 1842, la Vierge Marie apparaît à Alphonse Ratisbonne, juif de naissance mais athée convaincu. Elle lui apparaît telle qu'elle est sur la Médaille Miraculeuse. Cette apparition dans l'église Saint André delle Fratte à Rome, est le grand cadeau de la Vierge Immaculée à Rome. C'est l'endroit par excellence où on honore l'Immaculée Conception à Rome. Saint Maximilien Kolbe, le grand saint marial du vingtième siècle, a tenu à célébrer sa première messe en tant que prêtre, à l'autel de l'apparition. Quant à moi, après avoir vécu neuf ans à Rome, j'ai célébré ma dernière messe en sol romain, à l'autel de l'apparition de la Vierge Marie à Alphonse Ratisbonne. 

Alphonse Ratisbonne est devenu prêtre et on le connaissait sous le nom de " Père Marie ". 

Pour connaître les circonstances de la conversion d'Alphonse Ratisbonne, voir:

Avec l'Immaculée: Tobie Alphonse Ratisbonne raconte sa conversion

aveclimmaculee.blogspot.com/2013/12/tobie-alphonse-ratisbonne-raconte-sa.htm

Ou, pour un récit plus bref, le blogue suivant:  

Dieu ma joie: 20 janvier: apparition de la Vierge Marie

dieumajoie.blogspot.com/2015/01/20janvier-apparition-de-la-vierge-marie.html



Rue du Bac: chapelle de la médaille miraculeuse - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=2Sqn3etEcNs

28 avr. 2009 - Ajouté par Salt and Light
En avril 2009, la chapelle de la médaille miraculeuse a réouvert ses portes après quelques mois de travaux ...



jeudi 18 janvier 2018

Homélie 14/01/2018: Disciples-missionnaires

Homélie 14/01/2018: Disciples-missionnaires

Résultats de recherche d'images pour « voici l'agneau de dieu » 
Dimanche dernier, le 14 janvier 2018, l’évangile nous présentait l’appel des premiers disciples en saint Jean, chapitre 1, versets 35-42.

Cet évangile nous montre à merveille ce qu’est ou doit être un disciple-missionnaire.

Durant mon homélie, j’ai insisté sur la nécessité d’être pour notre monde des disciples-missionnaires. André, le frère de Simon-Pierre, est l’exemple parfait du disciple-missionnaire.

Ce n’est pas pour  rien que l’École d’évangélisation Saint-André, a choisi comme modèle et patron saint André. Pour être un évangélisateur, il faut être à la fois disciple et missionnaire.

Voici, ci-dessous, mon homélie sur vidéo. Désolé pour les personnes qui, pour des raisons techniques ou technologiques, ne peuvent pas visionner la vidéo. Plusieurs de mes homélies sont mises sur la page Facebook de notre paroisse: https://www.facebook.com/paroissesejpat/ Or certaines personnes disent qu'il leur est impossible de visionner les vidéos. J'imagine que la raison en est que ces personnes n'ont pas de compte Facebook

Je profite de l'occasion pour remercier à nouveau madame Angela Sunde qui prend la peine de filmer mes homélies avec son iPad. Je trouve extraordinaire qu'on puisse mettre des vidéos en ligne avec des moyens aussi simples et rudimentaires. Merci Angela !!! Je te trouve bien courageuse car il y a certainement des personnes qui se demandent: " Qu'est-ce qu'elle fait là? Pourquoi filme-t-elle les homélies presque à chaque semaine? " Ces personnes ne savent pas que les vidéos sont mises sur le web. En écrivant ces lignes, je m'aperçois que j'ai en cela mes torts. J'écrirai un mot dans le Semainier paroissial pour remercier Angela et pour expliquer le but apostolique du comportement d'Angela dans le premier banc de l'église. Pardon Angela de ne pas avoir pensé à cela auparavant. 

Homélie du dimanche 14 janvier 2018

   

mercredi 17 janvier 2018

Un 17 janvier, la Vierge secourut la France

Un 17 janvier, la Vierge secourut la France

Résultats de recherche d'images pour « Apparition à Pontmain »


Ce 17 janvier, quand la Vierge

est venue au secours de la France

Isabelle Cousturié /  17 janvier 2018 (1) 

Pas loin de Lisieux, lieu de naissance de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, un autre petit village, en Mayenne, le village de Pontmain, a été témoin d’une apparition qui a stoppé net l'invasion prussienne.

Nous sommes en 1871. La guerre franco-prussienne fait rage, et les villageois de Pontmain prient chaque jour pour éloigner le spectre de l’entrée des forces ennemies sur leur sol d’un moment à l’autre. Comme chaque jour, ce dimanche 17 janvier, jour de très grand froid, les habitants sont à nouveau rassemblés dans la petite église paroissiale pour prier car une quarantaine des leurs sont au front et on ignore ce qu’ils sont devenus. Une situation aggravée par une redoutable épidémie de fièvre typhoïde. Prières et larmes se mêlent. Chaque jour, les familles récitent le chapelet.

L’apparition

Ce soir-là Joseph et Eugène, 10 et 12 ans, sont dans l’écurie de leur père, César Barbedette, pour l’aider et finir leurs devoirs. Le temps d’une pause, Eugène se met à la porte pour voir le temps qu’il fait, quand tout-à-coup, en plein ciel, une « belle dame » lui apparaît au-dessus de la maison juste en face de chez eux. Celle-ci lui tend les bras et lui sourit comme dans un geste d’accueil. Elle est vêtue d’une robe bleue semée d’étoiles d’or et coiffée d’un voile noir surmonté d’une couronne d’or.
Elle apparaît au milieu d’un ovale formé de trois grosses étoiles. L’enfant sourit à la belle dame. Son frère Joseph, sort à son tour et la voit également. Les deux enfants sont fascinés et appellent leurs parents. Mais ces derniers ne voient rien et s’en vont alors chercher les religieuses de l’école du village, qui ne voient rien non plus et repartent alors chercher trois petites pensionnaires. Les deux plus jeunes Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé, de 9 et 11 ans, assurent immédiatement qu’elles voient la Vierge. La description qu’elles en font est la même. Les adultes, eux, ne voient rien, sinon les trois étoiles du triangle.

« Oui c’est elle, c’est bien elle… »

Après cela, les événements s’enchaînent : course chez le curé, l’abbé Guérin, pour le prévenir. Tout le voisinage accourt chez les Barbedette. « Les enfants voient la sainte Vierge, faut aller voir… » entend-ton crier dans les rues de Pontmain. Et puis quand tout le monde est là, lentement une phrase couleur or s’inscrit dans le ciel. Les garçons, qui savent encore à peine lire et écrire, dicte les mots lettre par lettre et un message apparait : « Mais priez, mes enfants. Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils Jésus Christ se laisse toucher ».
À la vision s’ajoutent une croix d’un rouge devant la Vierge et quatre bougies dans l’ovale. Scène minutieusement décrite par les enfants. La foule prie dans un silence profond. Même le cri de Joseph Babin, le charretier, à son arrivée dans le village — « Vous pouvez bien prier, les Prussiens sont à Laval » — ne les sort de leur émerveillement. Puis un cri de joie général fuse : « Oui, c’est Elle ! C’est bien Elle ! C’est la Sainte Vierge ! ». L’assemblée qui pouvait encore en douter, est maintenant sûre. La belle dame s’est présentée.
L’abbé Guérin, très impressionné, invite alors l’assemblée à chanter leur cantique à Marie celui si souvent répété la gorge nouée, tous les jours précédents, et qu’ils peuvent aujourd’hui élever au ciel, la joie au cœur et plein d’espérance : « Mère de l’Espérance dont le nom est si doux Protégez notre France. Priez, priez pour nous »Puis le crucifix rouge disparaît et la vision se dissipe jusqu’à disparaître après un dernier sourire de la Vierge, plus grave celui-ci. Et le jour se lève…

Du repli des Prussiens à la reconnaissance

Inexplicablement, à 17h30, heure de l’apparition, les Prussiens qui devaient attaquer ce soir-là, ne l’ont pas fait. Le lendemain ils se sont repliés. Cinq jours plus tard, l’armistice est signé, et les 38 jeunes de Pontmain portés disparus reviennent tous sains et sauf. Un an plus tard, Notre Dame de Pontmain est reconnue par l’évêque régional, et le Pape Pie IX autorise la célébration de l’anniversaire de l’apparition le 17 janvier. Depuis, un grand pèlerinage annuel converge vers la basilique Notre-Dame de Pontmain pour prier et se recueillir à la date anniversaire de l’apparition. En 2018, l’Église de Mayenne lance le jubilé des 150 ans, durant trois ans. (En 2021, cela fera 150 ans que la Vierge Marie est apparue à Pontmain)

Résultats de recherche d'images pour « Mais priez mes enfants »



(1) Ce 17 janvier, quand la Vierge est venue au secours de la France

https://fr.aleteia.org/.../17/ce-17-janvier-quand-la-vierge-est-venue-au-secours-de-la-f... 






Pour construire, il faut se déconstruire

Pour construire, il faut se déconstruire

Si vous lisez de façon assidue et de façon régulière mon blogue, vous savez probablement qu’il y a une question pastorale qui me hante depuis quelques années. Je l’exprimerais ainsi: doit-on, oui ou non, consacrer beaucoup de temps à préparer de jeunes adultes à la confirmation lorsque le but de ces personnes est de devenir parrain ou marraine et qu’elles n’ont pratiquement aucune connaissance de la religion catholique? J’ai toujours su que les sacrements sont les sacrements de la foi. Or si la foi catholique (spécialement le fait de savoir et de croire que Jésus est Dieu) fait défaut, doit-on entreprendre un long parcours dans l’espoir que Dieu donnera la foi à ces jeunes qui demandent à confirmer leur baptême tout en ne sachant pas ce qu’est le baptême.

Dans un bloque précédent, j’avais décidé que je ne consacrerais plus de temps à faire cela (1). Mais j’ai changé d’idée suite à une rencontre avec une catéchète d’expérience. J’ai donc offert une fois de plus cette année une telle formation en ma paroisse, du mois d’octobre jusqu’à maintenant, à raison d’une rencontre de 90 minutes à chaque lundi soir. J’ai quand même fait un changement important. Suite à la recommandation d’un de mes confrères Oblat de la Vierge Marie qui vit avec moi, je ne donne plus cette formation seul, mais avec Christiane, une dame de la paroisse âgée de 81 ans, pleine de feu et d’Esprit Saint. C’est important, je pense, de suivre la recommandation de Jésus, d’annoncer le Royaume des cieux deux par deux.

Le Seigneur, probablement pour m’encourager, a permis que 10 jeunes adultes s’inscrivent à cette formation cette année. Jamais je n’avais eu un groupe aussi nombreux. Et jamais je n’avais eu un groupe aussi bien disposé. Ces jeunes adultes ont très bien participé aux 11 rencontres. On ne pouvait guère demander mieux de leur part. Voici ce que je crois avoir appris de cette expérience.

« Autre temps, autres mœurs »  

Ce dicton, il faut aussi l’appliquer à la vie en Église, au Québec, au 21ème siècle. Des gens demandent un service ou une faveur à l’Église, tout en n’ayant pas, sans aucune faute ou sans grande faute de leur part, les dispositions requises. Ou on ferme la porte, pour des raisons qui peuvent nous sembler très bonnes, ou on ouvre la porte, mais en ayant conscience qu’on devra se déconstruire. Il est fini le temps où les jeunes dans la vingtaine, savaient que Dieu existait, qu’il y avait des péchés et certains péchés plus graves que d’autres, etc. Pour plusieurs jeunes adultes aujourd’hui, il n’y a plus de péchés ou du moins, ils ne s’en font pas un problème. Ce qui manque, c’est la première annonce: Dieu nous aime, Dieu a envoyé son Fils pour nous sauver. Jésus nous aime À MORT et nous veut véritablement heureux. C’est cette expérience-là qu’il faut faire vivre aux jeunes. Et si pour cela il faut sauter des étapes, même importantes, et donner des sacrements un peu à bon marché, il faut le faire, selon moi. C’est cela que j’appelle « se déconstruire »; il nous faut abandonner nos schèmes mentaux et cela peut être très souffrant et culpabilisant car souvent on ne sait pas si on fait bien ou non. Et pourtant, c’est selon moi la seule façon dont Jésus pourra toucher les jeunes d'aujourd’hui: en se donnant à eux Corps et Âme. Plusieurs de nos jeunes adultes feront leur première communion le 28 janvier prochain. Nous leur avons parlé de l’Eucharistie, du grand don qu’est l’Eucharistie. Les jeunes nous ont écoutés attentivement et sérieusement. Je les ai invités à faire de courtes prières à Jésus d’ici au 28 janvier, du genre de celles-ci: « Jésus, aide-moi à croire en toi »; « Jésus prépare mon cœur à te recevoir »; « Jésus, aide-moi à croire en ta Parole », etc. Le reste appartient à Jésus. Ce sera à Jésus de se manifester SAUVEUR, AMI et ÉPOUX le 28 janvier prochain. C’est Lui qui tient le gros bout du manche.

DES RÉPONSES DE DIEU:

Je considère avoir reçu ces derniers temps des réponses de la part de Dieu à mes interrogations.

Première réponse: Lundi le 8 janvier dernier, nous vivions notre avant-dernière rencontre de formation avec nos jeunes adultes. Depuis quelque temps, j’avais toujours la même interrogation dans la tête et dans le cœur: « Est-ce que ce que Christiane et moi faisons a du sens, est-bien ce que Dieu veut? » Or ce même jour, à la messe, nous entendions le prophète Isaïe nous dire ceci:

« La pluie et la neige qui descendent des cieux
n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre,
sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer,
donnant la semence au semeur
et le pain à celui qui doit manger ;
ainsi ma parole, qui sort de ma bouche,
ne me reviendra pas sans résultat,
sans avoir fait ce qui me plaît,
sans avoir accompli sa mission. »
(Isaïe 55, 10-11)


Deuxième réponse: Le lendemain matin, le mardi 9 janvier, je me suis levé en ayant les phrases suivantes de saint Paul dans l’esprit et dans le cœur:

« « Mais qui donc est Apollos? qui est Paul? Des serviteurs par qui vous êtes devenus croyants, et qui ont agi selon les dons du Seigneur à chacun d’eux. Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé; mais c’est Dieu qui donnait la croissance. Donc celui qui plante n’est pas important, ni celui qui arrose; seul importe celui qui donne la croissance: Dieu. » (1 Co 3, 5-7)

Troisième réponse: Je suis en train de traduire durant mes temps libres, ou à temps perdu, la conférence qu’a donnée l’acteur américain Jim Caviezel à Chicago à de jeunes universitaires catholiques, le 3 janvier dernier à Chicago. Caviezel est un catholique convaincu. Il a été profondément marqué par le fait d’avoir interprété le rôle de Jésus dans le film de Mel Gibson intitulé: La Passion du Christ. Voici un extrait de sa conférence, qui est à mes yeux une réponse à mon fameux questionnement:

« Au printemps de l’an 2000, on m’a offert le rôle de Edmond Dantes dans « La vengeance de Monte Cristo ». C’était une nouvelle adaptation du classique d’Alexandre Dumas. Ce fut une période de grand stress. C’était la première fois que je devais porter un film sur mes épaules (être l’acteur principal du film) et malgré le fait que c’était ce que j’avais toujours voulu, je n’étais pas en paix. Tout dans le film avait rapport avec ce que je suis. Mon personnage. Edmond Dantes est injustement emprisonné. Malgré le fait que toutes les chances soient tournées contre lui, cet homme solitaire prend la décision de se libérer en détruisant le mal, même le mal au-dedans de lui. Il y a une merveilleuse scène entre Edmond et un compagnon de prison, un prêtre, joué par le grand Richard Harris. Au comble de la tristesse, dans un moment de grand désespoir, alors que le prêtre est sur le sol en train de mourir, il se tourne vers Edmond et lui dit: « Voici ta dernière leçon: ne commets pas le crime pour lequel tu es en train de vivre ta sentence. Souviens-toi que Dieu a dit: « La vengeance est mienne ». Je me tourne alors vers lui et je lui dis: « Mais je ne crois pas en Dieu ». Et le prêtre me dit: « Cela n’a pas d’importance Edmond; Il croit en toi ». Et c’est vrai; Dieu croit en nous. Dieu aime chacun de nous personnellement; et Il est avec nous, même dans nos pires moments de désespoir.»(2)

« Cela n’a pas d'importance Edmond; Il croit en toi ». Telles furent les dernières paroles du prêtre, comme vous pourrez le voir et l'entendre sur la vidéo ci-dessous. 

 

The Count of Monte Cristo: I'm a Priest, Not a Saint - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=DN5Kt_ILpi0

20 févr. 2014 - Ajouté par Unquoted
Unquoted 3,528 views · 0:44. The Count of Monte Cristo: Life Lesson: Life is a storm - Duration: 2:08. Jam Wow .

Le message le plus important à inculquer à nos jeunes, c’est que DIEU CROIT EN EUX. Cela aussi fait partie de la PREMIÈRE ANNONCE, du KÉRYGME: « Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, dit saint Jean, c’est Lui qui nous a aimés » (1 Jn 4, 10).


Quatrième réponse: J’ai eu ces dernières années un confesseur dont le prénom est Jacques. Le Père Jacques m’a souvent pardonné mes péchés au nom de Dieu et il me connaît très bien. Il y a environ un an, ce cher ami qui est âgé de plus de 80 ans, a eu de très graves problèmes de santé et a frôlé la mort. Depuis ce temps, il n’exerce plus de ministère public. Je vais toutefois le rencontrer de temps en temps car j’aime beaucoup ce prêtre. Lors de notre dernière rencontre, il y a de cela environ trois semaines, je lui ai partagé mon malaise face au fait que nos jeunes adultes n’étaient pas tellement prêts à recevoir les sacrements de la foi. À cela, il a répondu: « J’aurais le goût de te dire quelque chose: « C’est pas d’tes affaires! » (en français correct: « Ce n’est pas de tes affaires »). J’ai souri devant ce langage cru qui ne laisse aucune ambiguïté sur le sens des paroles.


Cinquième réponse: J’ai écouté dernièrement une entrevue qu’a donnée le théologien orthodoxe Olivier Clément sur son parcours de foi. Il a dit ceci à la personne qui l’interviewait:

« J’ai lu les grands romanciers russes du 19ème siècle et j’ai été très frappé par le caractère prophétique des grandes œuvres de Dostoïevski. Là je me suis senti chez moi. C’est une chose extrêmement curieuse. Je me souviens que quand j’ai lu cette scène de Crime et Châtiment, où l’on voit un assassin et une prostituée qui lisent ensemble l’évangile de la résurrection de Lazare, j’ai eu l’impression que là, il y avait un autre christianisme. J’avais une certaine idée du christianisme qu’on m’avait donnée à travers cette éducation laïque et socialiste qui disait qu’au fond le christianisme c’était tout simplement la morale n’est-ce pas? Et là, je découvrais tout à fait autre chose: le mystère du salut par l’amour apporté à des gens qui ne prétendaient à aucun mérite dans l’ordre de la morale. » (3)      

Voilà où j’en suis en ce moment.


(1) Dieu ma joie: Pourquoi confirmer des non croyants?

dieumajoie.blogspot.com/2016/06/pourquoi-confirmer-des-non-croyants.html


(2) SLS18 - Jim Caviezel Promotes "Paul, Apostle of Christ" - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=e9z-dMQjRBE
5 janv. 2018 - Ajouté par FOCUS - Fellowship of Catholic University Students
Jim Caviezel surprised #sls18 attendees, encouraging them to be warriors animated by faith. Caviezel will ...

(3) Cet extrait de l'interview se trouve à la troisième minute et cinquante-quatrième seconde (3:54) de la vidéo que vous pourrez voir et entendre sur le site ci-dessous (en descendant un peu votre curseur)

Olivier Clément (auteur de Les Quatre évangiles) - Babelio

https://www.babelio.com/auteur/Olivier-Clement/16835