lundi 30 octobre 2017

" L'École d'Évangélisation Saint-André "

« L’École d’Évangélisation Saint-André »
Résultats de recherche d'images pour « l'école saint-andré josé prado flores »
José Prado Flores, le fondateur de l'École d'Évangélisation Saint-André 
rencontrant le pape François; en bas à gauche: le sigle de l'École Saint André

Chers amis, si vous ne connaissez pas l’École d’Évangélisation Saint-André, il faut absolument vous mettre à sa recherche. Je ne veux pas dire par là qu’il vous faut aller sur un moteur de recherche de votre ordinateur (ex: Google) pour avoir des renseignements sur cette « école ». Je veux vous dire de vous informer si dans votre région cette école existe. Si oui, vous vous inscrivez à une de ses sessions. Normalement, on commence par la « session Vie Nouvelle » ou la « session Emmaüs ».

L’idéal est de trouver une École d’Évangélisation Saint-André qui a de l’expérience; qui donne des sessions depuis des années. Car les sessions de cette école nécessitent beaucoup de matériel qui fait appel à nos cinq sens. Il y plein de petits détails et de surprises durant une session. Pour produire l’effet voulu, il faut une équipe dynamique et bien rodée.

Nous avons eu la chance ou plutôt l’insigne honneur et l’insigne grâce de jouir en fin de semaine dernière, de l’expérience de l’École d’Évangélisation Saint-André du diocèse de Joliette. Cette école existe depuis dix ans dans le diocèse de Joliette. Elle est venue animer en notre paroisse avec l’aide de quelques-uns de nos paroissiens, la  « session Emmaüs ».

Je n’avais personnellement jamais vécu de session de l’École Saint-André. Ce fut ma première expérience; mais quelle expérience !!!!

Cela faisait environ un mois que j’annonçais avec dynamisme et enthousiasme cette session lors des messes dominicales et dans notre Semainier paroissial. J’étais étonné de mettre autant d’énergie et de conviction pour annoncer une façon d’évangéliser que je n’avais personnellement jamais expérimentée. Je trouvais cela très étrange. Or Dieu m’attendait dans le détour, comme on dit par ici. L’Esprit Saint avait un plan pour moi, il avait dans l’Esprit de me faire vivre l’expérience de Cléophas et de son compagnon (ou sa compagne) sur le chemin d’Emmaüs, mais surtout dans l’auberge du fameux village.

La session commence le vendredi soir et se termine le dimanche après-midi vers 17h. Au terme de la session, j’ai vécu une EXPÉRIENCE EXTRAORDINAIRE. J’en ai été complètement remué et bouleversé. J’ai même pleuré à chaudes larmes devant tous les participants en leur disant: « Voilà donc ce qu’est Emmaüs: il s’agit de voir, de comprendre, de saisir et de goûter que Jésus est Celui que tous les prophètes de l’Ancien Testament ont annoncé et chanté. »

Les paroles de l’évangéliste saint Luc (qui est le seul des quatre évangélistes à nous rapporter l’expérience d’Emmaüs) qui resteront gravées à jamais dans mon cœur, sont celles-ci: 

« ILS LE RECONNURENT » (Lc 24, 31)

Dans l’auberge, à Emmaüs, les deux voyageurs (Cléophas et son ami) reconnurent l’étranger qui avait fait route avec eux sur le chemin; ils RECONNURENT QUE C’ÉTAIT JÉSUS, LEUR AMI MORT ET RESSUSCITÉ.

Quand, au terme de la session, j’ai entendu plusieurs de mes amis paroissiens dire devant tout le monde qu’ils RECONNAISSAIENT JÉSUS COMME LEUR SEIGNEUR ET LEUR DIEU, j’ai fondu en larmes et j’ai pleuré comme j’ai rarement pleuré. Et ce matin, assis dans ma salle de bain, j’ai vécu la même émotion: j’ai pleuré à chaudes larmes. Voilà ce qu’a produit en moi la session Emmaüs. Voilà comment j’ai vécu Emmaüs: en RE-CONNAISSANT QUE JÉSUS EST MON SEIGNEUR ET SAUVEUR; en CONNAISSANT DE NOUVEAU JÉSUS.

Voilà la RENCONTRE que j’ai faite à mon tour sur le chemin d’Emmaüs avec mes compagnons et compagnes de la session.

Tout cela m’a complètement vidé. Vivre autant d’émotion est très fatigant. J’étais choyé ce matin de pouvoir me reposer. Je me suis couché à nouveau après le déjeuner durant environ une heure et demie. En fin de semaine, j’ai été complètement vidé d’énergie, mais j'ai été aussi rempli de foi et je suis convaincu que ce plein de foi renouvellera mes énergies spirituelles.

Et comme par hasard, aujourd'hui je me suis réveillé en un matin EXTRÊMEMENT VENTEUX. Il y avait un vent à décorner (au Canada, on dit " écorner ") les bœufs, autour de notre maison. Comment ne pas penser alors à l'expérience de la Pentecôte annoncée par un vent fort violent? Depuis plusieurs mois, mes paroissiens et moi prions l’Esprit Saint de faire vivre à notre paroisse une " NOUVELLE PENTECÔTE ". En fin de semaine, l'Esprit Saint a entendu et exaucé nos prières. 




vendredi 27 octobre 2017

La plaie à l'épaule droite du Seigneur

La plaie à l’épaule droite du Seigneur

Le vendredi est une journée où nous sommes invités à penser aux souffrances physiques et morales qu’a endurées Jésus pour nous durant sa Passion. Je désire vous partager aujourd’hui une découverte que je n’ai faite que récemment concernant la Passion de notre divin Maître.

Lors du Carême de cette année, un de mes amis paroissiens s’est procuré une reproduction grandeur nature du Linceul de Turin sur toile de lin. Cette reproduction, que l’on peut faire venir des États-Unis, est très impressionnante (1). Mon ami, dont le prénom est Mathieu, m’a prêté la reproduction du Linceul de Turin pour que je l’expose dans une de nos églises durant les semaines précédant le Triduum Pascal.

J’ai alors fait des recherches sur le Saint Suaire. Les images que nous contemplons le plus souvent du Saint Suaire, nous présentent Jésus couché sur le dos. On peut ainsi voir son visage tuméfié mais rempli de douceur et de majesté. Mais lors du dernier Carême, j’ai fait une découverte qui m’a beaucoup impressionné en contemplant le corps de Jésus vu de dos. Car le Saint Suaire nous permet aussi de voir Jésus de dos (du moins, je crois personnellement qu’il s’agit bel et bien du corps de Jésus). J’ai été étonné de voir la large plaie que Jésus a sur l’épaule droite, plaie causée par la poutre transversale de la croix que Jésus a dû porter lui-même jusqu’au Calvaire. Cette plaie est un signe supplémentaire du fait que le linceul de Turin est vraiment le linge sacré qui a enveloppé le corps inanimé de notre Sauveur. Les marques de la flagellation sont visibles sous cette plaie, ce qui confirme que la plaie a été produite après la flagellation; ce qui est conforme aux données relatées par les évangiles.  

Résultats de recherche d'images pour « Holy Shroud wound right shoulder »
La plaie à l'épaule droite du Seigneur

Voici ci-dessous, une reproduction du corps de Jésus vu de dos sur le Saint Suaire. J'aurais aimé trouvé une image semblable en français, mais je n'ai pas réussi. Le deuxième item, intitulé "shoulder wounds ", nous indique la " blessure à l'épaule ". 

Résultats de recherche d'images pour « Holy Shroud wound right shoulder »


La plaie à l’épaule, révélée à saint Bernard de Clairvaux



Saint Bernard, Abbé de Chiaravalle (Clairvaux), demanda dans la prière à Notre Seigneur quelle fût la plus grande douleur subie dans Son Corps pendant Sa Passion. Notre Seigneur lui répondit :

« J'eûs, en portant la Croix, une Plaie profonde de trois doigts, et trois os découverts sur l'Epaule. Cette plaie qui n'est pas connue des hommes, M'a occasionné plus de peine et de douleurs que les autres. Mais révèle-la aux fidèles chrétiens et sache que quelque grâce qui Me sera demandée en vertu de cette plaie, leur sera accordée. Et à tous ceux qui par amour pour elle, M'honoreront chaque jour de 3 notre Père, Je Vous salue Marie et Gloire au Père, Je pardonnerai les péchés véniels, Je ne Me souviendrais plus des mortels, ils nous mourront pas de mort imprévue, à l'heure de la mort, ils seront visités par la Bienheureuse Vierge et ils obtiendront encore la Grâce et la Miséricorde. » 

Prière en l'honneur de la Plaie de l'Épaule de Notre Seigneur (composée par saint Bernard)

Très Aimé Seigneur Jésus-Christ, très doux Agneau de Dieu, moi, pauvre pécheur, j'adore et vénère la Très Sainte Plaie que Vous avez reçue à l'Épaule, en portant au Calvaire la très lourde Croix, qui laissa découverts trois Os Saints, occasionnant une immense douleur. Je Vous supplie, en vertu des mérites de la dite Plaie, d'avoir pitié de moi en me pardonnant tous mes péchés mortels et véniels, de m'assister à l'heure de ma mort et de me conduire dans votre heureux Royaume.   Ainsi soit-il.

Notre Père, Je Vous salue Marie, Gloire au Père

Le Pape Eugène III, sur demande de Saint Bernard de Chiaravalle, accorda des indulgences à ceux qui propageront cette prière et la porteront toujours sur eux; à ceux qui réciteront 5 notre Père, je Vous salue Marie et Gloire eu Père et recevront les Saints Sacrements en priant pour le Souverain Pontife.  (2)


Le Père Pio portait cette plaie, ce stigmate

Après la Seconde Guerre mondiale, en 1947, le futur pape Jean Paul II fait un pèlerinage à San Giovanni Rotondo afin de rencontrer Padre Pio. Là, écrit Ingrao, il célébre une messe et se confesse au frère capucin, qu’il va ensuite saluer avec d’autres personnes. À son retour de voyage, le professeur Enrico Medi, grand dévot du religieux, qui a accompagné Karol Wojtyla de Rome, raconte leur rencontre : « Dès que que Padre Pio l’a vu, il l’a regardé dans les yeux et lui a dit : “Tu seras pape, mais il y aura du sang et de la violence” ». Le jeune prêtre, en rentrant, revient sur cette entrevue avec son ami Medi : « Professeur, Padre Pio a voulu plaisanter. Je suis polonais, je ne pourrai jamais devenir Pape ».

Karol Wojtyla a adressé bien d’autres demandes d’intercession à Padre Pio. C’est d’ailleurs à une de ces occasions que le futur pape s’est risqué à lui demander lequel de ses stigmates était le plus douloureux, recevant alors comme réponse : « Celui du portement de la Croix, à hauteur de l’épaule droite ». Un stigmate dont le frère capucin n’avait jamais parlé à quiconque et qui ne sera découvert par un de ses frères qu’après sa mort. (3)



Il ne l'a révélé qu'au pape Jean Paul II    

Padre Pio est l’un des rares saints a avoir reçu les plaies de la Passion du Christ sur son corps, qu’on appelle les stigmates. En plus des plaies des clous et de la lance, il reçut également la plaie que le Christ avait sur l’épaule, causée par le port de la croix. Personne n’avait connaissance de ce douloureux miracle, pas même frère Modestino de Pietralcina, un de ses amis et fils spirituel, qui l’aidait dans sa vie quotidienne.
Padre Pio lui dit un jour que lorsqu’il changeait son maillot, la douleur était tellement violente que c’était une des choses les plus difficiles à endurer. Frère Modestino supposait que Pio parlait de la douleur qu’il avait quand il retirait le tissu de la blessure de son côté.
Il ne découvrit la vérité qu’après la mort de Padre Pio, alors qu’il rangeait les vêtements de son père spirituel. Modestino avait été chargé de rassembler toutes les affaires et de les mettre sous scellé. Sur le tricot de corps du saint, il découvrit alors une souillure sur l’épaule droite, près de l’omoplate. Cette tache mesurait environ 10 centimètres de diamètre (un peu semblable à celle du Saint-Suaire de Turin). Il se rendit compte alors que lorsque Padre Pio devait enlever sa chemise, le tissu collait à cette blessure ouverte et devait lui provoquer une énorme douleur.
« J’ai immédiatement informé notre supérieur de ce que j’avais trouvé », se rappela Modestino et l’abbé lui demanda de faire un rapport. Le frère y ajouta que « le père Pellegrino Funicelli, (qui avait aussi aidé Padre Pio pendant de nombreuses années), lui avait raconté qu’à plusieurs reprises, en aidant Pio à changer son tricot de laine, il remarquait parfois sur son épaule droite ou gauche, cet hématome circulaire.
Wojtyla, son confident
Durant sa vie, Padre Pio n’a parlé de cette blessure qu’au futur pape Jean-Paul II. L’historien Francesco Castello relate l’épisode de la rencontre entre le père Wojtyla et Padre Pio qui eut lieu en avril 1948 à San Giovanni Rotondo. C’est à ce moment là que Pio aurait confié sa « blessure la plus douloureuse ». Frère Modestino a rapporté plus tard qu’après sa mort, Padre Pio lui avait donné une explication en songe.
« Une nuit, avant de m’endormir, je lui adressais cette demande en forme de prière : “Cher père, si tu avais vraiment cette blessure, donne-moi un signe”. Puis je m’endormis. Mais à 1h05 du matin, une douleur intense à l’épaule me tira d’un sommeil profond. C’était comme si quelqu’un avait pris un couteau et trifouillé la chair dans mon omoplate. Si la douleur avait continué quelques minutes de plus, je pense que je serais mort. Au cours de cette expérience, j’entendis une voix qui disait : “Voilà comment j’ai souffert”. Alors un parfum intense se mis à emplir ma cellule. Je sentais mon cœur déborder d’amour pour Dieu. J’éprouvais une sensation étrange : cette douleur, mon corps voulait la rejeter, mais l’âme, inexplicablement, la désirait. C’était extrêmement douloureux et doux en même temps. Et c’est enfin que je compris ! » (4)


(1) Shroud of Turin Full Size Body Sepia on Linen Cloth 6 x 3 ... - Reel Art

www.reelart.net › Ancient Mystery / Oddities

(2) Les plaies de Jésus : peut-il y avoir une dévotion à la plaie de l ...

forumarchedemarie.forumperso.com › ... › Questions+ Réponses

(3) Padre Pio avait prédit à Karol Wojtyla son élection - Aleteia

https://fr.aleteia.org/2017/10/23/padre-pio-avait-predit-a-karol-wojtyla-son-election/


(4) Le stigmate extrêmement douloureux que Padre Pio a caché toute sa vie

https://fr.aleteia.org/.../le-stigmate-extremement-douloureux-que-padre-pio-a-cache-to...







mercredi 25 octobre 2017

Message du pape aux jeunes Canadiens

Message du pape aux jeunes Canadiens
Résultats de recherche d'images pour « Le pape François aux jeunes du Canada » 

« Pour la toute première fois, le pape François s’est adressé aux jeunes du Québec et du Canada dans une vidéo dévoilée lors du forum télévisé national bilingue « Jeunes, foi et discernement », diffusé à Télévision Sel + Lumière ce dimanche 22 octobre. Il s’agit d’une initiative en amont d’un pré-Synode des jeunes préparant un Synode des évêques sur le sujet. Les deux événements se tiendront respectivement en mars et en octobre 2018, à Rome. » Tiré du Service des communications de l’ECDQ (Église Catholique de Québec)

Voici presque dans son entièreté, le message du pape. J’ai traduit moi-même la vidéo que vous pouvez voir au bas du présent blogue. Ma traduction diffère un peu de celle mise sur la vidéo.  

Chers jeunes amis Canadiens,

Je suis content de me trouver un peu avec vous et de participer à votre dialogue (les jeunes qui regardent cette vidéo qui leur est destinée, sont réunis à ce moment précis pour vivre un forum en vue du prochain synode des évêques à Rome à l'automne 2018) qui vous voit protagonistes de l'Atlantique au Pacifique. 

Je vous invite à inonder les lieux où vous vivez, avec la joie et l’enthousiasme qui sont typiques de votre âge; à irriguer  le monde et l’histoire avec la joie qui vient de l’Évangile, du fait d’avoir rencontré une Personne: Jésus qui vous a fascinés et vous a attirés à être (ou « rester »)  avec Lui.

Ne vous laissez pas voler votre jeunesse. Ne permettez à personne de freiner et d’obscurcir la Lumière que le Christ met dans le visage et dans le cœur.

Tissez des relations basées sur la confiance, le partage, et l’ouverture, jusqu’aux confins du monde.

N’érigez pas de murs de division (répété deux fois). Construisez des ponts.

Vous vivez un moment d’intense préparation au prochain Synode des évêques qui vous regarde d’une manière particulière, tout en impliquant l’ensemble de la communauté chrétienne. En effet, le thème est : LES JEUNES, LA FOI ET LE DISCERNEMENT VOCATIONNEL.

Je désire aussi vous rappeler les paroles de Jésus qui un jour a dit aux disciples qui lui demandaient: « Rabbi, où demeures-tu ? »  Jésus répondit: « Venez et vous verrez. »

Jésus vous regarde vous aussi et Il vous invite à aller tout près de Lui.

CHERS JEUNES, AVEZ-VOUS RENCONTRÉ CE REGARD ????   AVEZ-VOUS ENTENDU CETTE VOIX ???   AVEZ-VOUS RESSENTI  CETTE IMPULSION À VOUS METTRE EN CHEMIN ???

Je suis sûr que malgré le fait que le vacarme et l’étourdissement semblent régner sur notre monde, cet appel continue à résonner dans votre âme pour l’ouvrir à la joie complète.

Cela sera possible dans la mesure où à travers l’accompagnement de guides expérimentés, vous saurez entreprendre un itinéraire de discernement pour découvrir le projet de Dieu sur votre vie; sur ta vie, ta vie, ta vie et ta vie (pointant du doigt chaque jeune); sur la vie de chacun d’entre vous. Et même quand votre cheminement est marqué par la précarité, par les chutes, Dieu, riche en MISÉRICORDE, tend sa main pour vous relever.

Ces paroles, je les ai écrites dans la lettre que j’ai envoyée à tous les jeunes du monde le 13 janvier de cette année, justement pour présenter le thème du Synode.

Le monde et l’Église a besoin de jeunes courageux, qui ne perdent pas cœur devant les difficultés, qui affrontent les épreuves et qui gardent les yeux et le cœur bien ouverts sur la réalité.

Je compte sur votre disponibilité et votre engagement.

Chers jeunes, lassez-vous rejoindre par le Christ. LAISSEZ-LE VOUS PARLER, VOUS EMBRASSER, VOUS CONSOLER. Laissez-Le guérir vos blessures, dissoudre vos doutes et vos peurs et vous serez prêts pour l’aventure fascinante de la vie.  

Allez à la rencontre de Jésus, restez avec lui dans la prière; mettez votre confiance en Lui. Confiez toute votre existence à son AMOUR MISÉRICORDIEUX et à votre foi. Et cette foi témoignera de façon lumineuse de la générosité et de la joie qu’il y a à suivre Jésus où qu’Il nous conduise.

Chers jeunes du Canada, je vous souhaite de vivre une rencontre comme celle qu’ont faite les premiers disciples pour que s’ouvre grand devant vous la beauté d’une vie qui sait se mettre à la suite du Seigneur.

Pour tout cela, je vous confie à Marie de Nazareth, une jeune comme vous sur laquelle Dieu a posé son regard amoureux, pour qu’Elle vous prenne par la main. Laissez-vous prendre par la main par Marie; Elle vous guidera à la joie qui vient du fait de dire comme elle: « Me voici ! »; la joie que nous goûtons lorsqu'on dit à Dieu un  OUI total et généreux.   

JÉSUS TE REGARDE ET IL ATTEND DE TOI UN:  « Me voici ! ».

Je vous bénis, je vous embrasse et je vous salue avec affection et je vous demande, s’il vous plaît, de prier pour moi pour que je sois un fidèle collaborateur de votre joie.   Merci!


VIDÉO: Il faut absolument que vous regardiez la vidéo ci-dessous et que vous entendiez parler le pape lui-même. Ne serait-ce que pour entendre de sa bouche les paroles que j'ai mises ci-dessus en MAJUSCULES et en caractères gras. L'intonation du pape montre clairement qu'il a une relation profonde et privilégiée avec Jésus; et son plus cher souhait est que nous développions nous aussi une grande intimité avec notre doux Sauveur. 

Pour visionner la vidéo du pape, veuillez cliquer sur l'image ci-dessous:  

Échos du Vatican





vendredi 20 octobre 2017

Un peu d'humour

Un peu d’humour

Comme vous le savez probablement si vous êtes un régulier de ce blogue, c’était mon anniversaire mardi, le 17 octobre. Un de mes confrères omv québécois qui vit et œuvre présentement en France, m’a envoyé le message que voici:  

---------- Message transféré ----------
De : Patrice Véraquin
Date : 17 octobre 2017 à 16:50
Objet : de Nice
À : Guy Simard  

Bon anniversaire, Guy !
Que le Seigneur continue de te bénir et de t’accompagner en tout.
Et puisque, pour se consoler du temps qui passe, il faut bien rire un peu:
Bye,
Patrice

jeudi 19 octobre 2017

Jésus toujours aussi fascinant

Jésus toujours aussi fascinant
Résultats de recherche d'images pour « Jésus de Nazareth à Jérusalem » 


Une « fresque musicale » sur la vie de Jésus vient de voir le jour en France. La première a eu lieu le jour de ma fête, le 17 octobre; donc, il y a deux jours. Cette fresque musicale a pour titre: Jésus de Nazareth à Jérusalem

Film de présentation "Jésus, de Nazareth à Jérusalem" (2017 ...

https://www.youtube.com/watch?v=TP1gNYD19sw
30 juin 2017 - Ajouté par JesusLeSpectacleVEVO
Découvrez le film de présentation de la fresque musicale "Jésus, de Nazareth à Jérusalem" mise en scène par ...

Image associée




Merci à mes frères protestants

Merci à mes frères Protestants
Résultats de recherche d'images pour « will graham grandson of billy » Image associée
Will Graham                             Billy Graham

Je vis depuis des mois de graves problèmes en paroisse, qui viennent gruger mes énergies. Le problème est d’une telle ampleur que ne puis pas le résoudre par moi-même. Un médiateur est ici à la paroisse aujourd’hui même, alors que je vous écris ces lignes, pour aider à résoudre le conflit en question. Ce médiateur est l’abbé Alain Mongeau, récemment nommé vicaire épiscopal pour la région est du diocèse de Montréal.

J’ai reçu hier par la poste une lettre provenant du petit-fils du pasteur protestant évangélique Billy Graham, monsieur Will Graham. Cette lettre, que je n’ai lue que ce matin au déjeuner, est purement et simplement une lettre d’appréciation et d’encouragement à l’endroit d’un pasteur catholique (moi), venant d’un ancien pasteur protestant (Will). Cette lettre est arrivée dans notre boîte aux lettres comme par miracle. Je ne reçois jamais de lettre de frères et soeurs protestants.  

Je suis dans l’admiration devant le fait que mon doux Seigneur Jésus se serve d’un frère protestant pour m’encourager dans les moments difficiles que je vis depuis des mois. J’y vois un fruit très évident de l’œcuménisme et un cadeau en ce mois où nos frères et sœurs protestants commémorent le 500ème anniversaire de la fondation du protestantisme dont l’acte fondateur eut lieu le 31 octobre 1517.

Billy Graham a joué un rôle important dans mon parcours de vie chrétienne. Alors que j’avais une vingtaine d’années, je regardais avec intérêt et admiration à la télévision les "Billy Graham Crusades" que le fameux pasteur protestant animait un peu partout aux Etats-Unis, dans de grands stades de baseball ou de football.  

Voici quelques extraits de la lettre de Will Graham que j’ai lue ce matin :

« Alors que je pense à vous, le prophète Jérémie me revient en mémoire. Il était abattu, ridiculisé, déprimé et découragé. Son message reçu du Seigneur, était impopulaire et sujet de moquerie. En Jérémie 20, 7-20, il passe de la douleur et la tristesse à la joie et à la louange., presque verset après verset. Quand il met le focus sur lui-même - « Je suis ridiculisé … », « J’entends plusieurs gens comploter contre moi …» « Maudit le jour où je suis né … » - il devient fâché et découragé.

Cependant, quand Jérémie tourne ses yeux vers le ciel, ses paroles deviennent radicalement différentes. Il crie : « Sa parole est dans mon coeur comme un feu, un feu enfermé dans mes os… ». Et : « Le Seigneur est avec moi comme un puissant guerrier ». Et plus tard : « Chante au Seigneur! Célèbre sa louange! Il sauve la vie de l’indigent des mains de l’impie. »

Je sais que le ministère peut être une lutte, mais je désire vous encourager à suivre l’exemple de Jérémie. Même au milieu d’une profonde tristesse et d’épreuves, quand il arrêtait de focusser sur lui-même pour regarder vers le Seigneur, il était renouvelé.

Passez du temps avec le Seigneur dans le calme, permettant ainsi à sa Parole de pénétrer votre âme et de remplir votre esprit. Arpentez les allées de votre église en suppliant Jésus de venir en aide à votre Congrégation, à votre communauté, et à votre famille. Chantez des hymnes et des chants de louange au Seigneur. « Approchez-vous de Dieu et Lui s’approchera de vous » (Jacques 4, 8).

Que Dieu vous bénisse, et s’il vous plaît, sachez que nous à l’Association Évangéliste Billy Graham, nous prions pour vous. Vous êtes un encouragement pour nous, et nous voulons vous encourager. Merci pour votre ministère.

En Jésus,

Will Graham

Vice-President  

Avouez que c’est assez extraordinaire de recevoir un tel message aujourd’hui, étant donné ce que je vis.

Après avoir lu la lettre de Will, je me suis mis à chanter un des plus beaux psaumes de la Bible, un psaume de confiance :

PSAUME 22  

01 Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. *
02 Sur des prés d'herbe fraîche, il me fait reposer. Il me mène vers les eaux tranquilles
03 et me fait revivre ; * il me conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom.
04 Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, * car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure.
05 Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ; * tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.
06 Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie ; * j'habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.

Jérémie 20

07 Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi. À longueur de journée je suis exposé à la raillerie, tout le monde se moque de moi.
08 Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer : « Violence et dévastation ! » À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie.
09 Je me disais : « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. » Mais elle était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os. Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir.
10 J’entends les calomnies de la foule : « Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. » Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent : « Peut-être se laissera-t-il séduire… Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche ! »
11 Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas. Leur défaite les couvrira de honte, d’une confusion éternelle, inoubliable.
12 Seigneur de l’univers, toi qui scrutes l’homme juste, toi qui vois les reins et les cœurs, fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras, car c’est à toi que j’ai remis ma cause.
13 Chantez le Seigneur, louez le Seigneur : il a délivré le malheureux de la main des méchants.
14 Maudit soit le jour où je suis né ! Le jour où ma mère m’a enfanté, qu’il ne soit pas béni !


Nos frères protestants sont à l’origine de beaucoup de renouveau dans l’Église catholique. Le Renouveau Charismatique est issu des Pentecôtistes américains. Les Cellules Paroissiales d’Évangélisation que nous avons implantées en notre paroisse il y a deux ans, sont issues aussi du milieu protestant.

MERCI SEIGNEUR POUR NOS FRÈRES PROTESTANTS !






mardi 17 octobre 2017

" L'Église n'a pas de mission "

« L’Église n’a pas de mission »

Comme vous l’avez sûrement noté, il m’arrive de donner un titre choc à mes blogues. Le titre du présent blogue est de cette nature. J’imagine que certains parmi vous ont sursauté en le lisant et ont été intrigués.

Ce fut aussi mon cas en lisant ces mots dans le Prions en Église du mois d’octobre. Dans les dernières pages du Prions (pages 192 et 193), José I. Sierra signe un texte sur la mission, à l’occasion de la Journée missionnaire mondiale que nous vivrons dimanche prochain. Un des paragraphes du texte a pour titre: L’Église n’a pas de mission. Voici comment il explique cette prise de position:

« L’Église est missionnaire par nature, elle qui est née de la mission de Dieu (cf. Ad gentes, no. 2). On a tendance à penser que l’Église a une mission. Mais, comme l’a si bien exprimé le théologien Moltmann, c’est plutôt la mission qui a une Église. »


Avoir et être

Ce qui est en cause ici, c’est l’utilisation des fameux verbes AVOIR et ÊTRE. Dans nos façons courantes de parler, on utilise parfois les verbes avoir et être comme s’ils étaient interchangeables, ou du moins comme si cela ne faisait pas grande différence d'employer l'un ou l'autre. Par exemple, dire que Dieu a de l’amour pour nous, c'est bien, mais c'est beaucoup plus extraordinaire de dire avec saint Jean, que Dieu « EST AMOUR » (1 Jn 4, 8).  

De même, dire que l’Église a une mission, c’est insinuer que l’Église, en son être, précède la MISSION. Or cela est faux. C’est la MISSION qui est première. Avant même que l’Église n’existe, Dieu le Père a envoyé son Fils. L’envoi du Fils précède l’Église et sera la raison d’être de l’Église. Pour que la mission du Fils par le Père, pour que l’envoi du Fils par le Père atteigne le but fixé, Jésus aura besoin d’une Église, d’une communauté de croyants. Sans cette aide du peuple de Dieu (l’Église), la mission de Jésus, son envoi, tomberait à plat et serait inefficace. La mission précède l’Église et est la raison d’être de l’Église. C’est donc la mission qui a une Église à son service, pour rejoindre le monde entier.

Tout cela peut sembler de simples jeux de mots; mais ce n’est pas le cas. C’est très important de penser à cela car cela nous montre que ce qui est essentiel dans notre religion, c’est l’envoi vers les autres pour annoncer la Bonne Nouvelle. L’Église est le prolongement de la vie de Jésus qui se caractérisait par l’annonce du Royaume. Est-ce que j’annonce, est-ce que je me SENS envoyé???  L’Église EST MISSIONNAIRE.

Lire le début de l’évangile de saint Jean, chapitre 1, versets 1 à 28.

Question pour un partage :

S’il est vrai que le premier rôle d’un chrétien est le même que celui de Jésus, c’est-à-dire le fait d'annoncer le Royaume,  est-ce que je base ma prière et ma vie là-dessus? Est-ce que j'examine ma vie à partir de ce critère? Chacun de nous, je pense, demande à Dieu la capacité d’aimer davantage son prochain. Mais le but d’être plus charitable, c’est que Jésus soit annoncé: "C'est à l'amour que vous aurez les uns pour les autres, qu'on reconnaîtra que vous êtes mes disciples" (Jn 13, 35). 

Qu’est-ce que je fais dans ce sens? Est-ce qu’il m’arrive de prier Jésus de m’aider à parler de Lui, à témoigner de Lui, avec sagesse et discernement, mais aussi avec audace et conviction?





Un cadeau d'anniversaire

Un cadeau d’anniversaire
De gauche à droite: Guy Simard, omv, Georges Pelletier, omv et Sylvain Normandin, omv

Je célèbre aujourd’hui mon 66ème anniversaire de naissance. Je remercie ma bonne amie Christiane Gagnon qui m’a dit hier soir, lundi le 16 octobre 2017 qu’elle se souvient encore de l’homélie que j’ai donnée un an auparavant à mes paroissiens, le jour de mon anniversaire de naissance. J’ai alors parlé du cadeau que m’avait fait mon ami Georges Pelletier. J’ai même dit que c’était le plus beau cadeau que je pouvais recevoir. Grâce à Christiane, je viens de retracer ce cadeau dans ma boîte de réception. Heureusement que je suis un « conserveux » (néologisme pour signifier ce qui peut être à la fois un défaut et une qualité). Grâce à Christiane, je vais conserver désormais précieusement le cadeau que m’a fait Georges. J’ai toujours été très fier d’avoir mon anniversaire de naissance le jour où l’Église célèbre un de ses plus grands martyrs en la personne de saint Ignace, évêque d’Antioche du premier siècle du christianisme, mort sous les dents des bêtes en 110 de notre ère. Les phrases que vous lirez dans un instant de ce fameux évêque, m’ont toujours impressionné et interpellé. Grâce à Georges et à Christiane, ces phrases façonneront désormais mon âme en vue de ma rencontre face à face avec le Seigneur.

Comme nous sommes choyés et bénis d’avoir des amis qui nous connaissent et nous aiment et qui savent, grâce à leurs charismes propres, nous guider et nous orienter vers l’essentiel. Je n’en reviens pas de voir que Dieu dans sa bonté, se sert aujourd’hui d’une de mes bonnes amies pour me faire goûter et apprécier un cadeau que j’ai reçu il y a un an et que je n’avais presque pas « déballé ». Comme c’est triste et beau à la fois!

Merci Seigneur, et merci chers amis !!!

Saint Ignace d’Antioche, priez pour moi.


Vœux de Georges Pelletier, omv, à son confrère et ami Guy Simard, omv, pour son 65ème anniversaire de naissance, le 17 octobre 2016:


De : Pelletier Georges
Envoyé : 17 octobre 2016 09:57
À : Guy Simard 
Objet : Happy 65th Father Guy de la table ronde!!

Salut Tssi-Guy,

Je t'invite à Paris pour que nous partagions un p'tit verre de champagne en ton honneur!!   Dès que tu auras reçu ton premier chèque de pension de retraite tu pourras commencer à y penser... hahaha

C'est en pensant à toi et à mon frère Luc que je me suis levé ce matin, car vous avez la même date de naissance (1949 pour mon frère).  Je pense qu'on a choisi le nom de Luc pour lui à cause de la Fête de St Luc le lendemain, le 18.

En tout cas, je ne sais pas si tu seras de mon avis, mais je crois que la plus belle page du bréviaire nous tombe exactement le jour du 17 octobre!  Cela fait des années que cette lettre de St Ignace d'Antioche me parle et me remue profondément.  Il y a certainement quelque chose là que l'Esprit Saint cherche à me communiquer et je n'arrive pas à comprendre clairement ce qu'Il veut me dire...  tout ce que je sais, c'est qu'à la lecture de ce texte ça chauffe très fort par en dedans, les larmes me viennent aux yeux (en te l'écrivant déjà) et tout cela me dépasse complètement.

Je viens tout juste de réécrire les phrases de sa lettre qui m'impressionnent le plus, question de l'imprimer à part de manière à pouvoir les relire plus souvent.  Je t'en fais cadeau dans le document attaché car j'ai comme un besoin de partager ça avec un vieux potte que j'aime bien après tout.

A Dios, et heureux anniversaire !

Georges de la jungle


Vous trouverez ci-dessous des citations de saint Ignace d’Antioche dont l’Église célèbre la mémoire le 17 octobre. Ces citations sont tirées de l’office des lectures (un des offices du bréviaire) d’aujourd’hui. Ce sont ces phrases que Georges apprécient et qui le bouleversent. Je remercie Dieu de toucher le cœur de mon bon ami Georges à chaque fois qu’il les lit et je demande à l’Esprit Saint de lui montrer pourquoi ces phrases le touchent autant et de l’éclairer sur le message divin qu’il y a dans tout cela pour lui. Je demande aussi, bien sûr, les mêmes grâce pour moi.

« Je fais savoir à tous que de grand cœur je mourrai pour Dieu.

Laissez-moi devenir la pâture des bêtes : elles m’aideront à atteindre Dieu.  Je suis son froment : moulu sous la dent des fauves, je deviendrai le pain pur du Christ.

Suppliez le Christ pour que ces animaux fassent de moi une victime offerte à Dieu.

Il est plus beau de mourir pour le Christ Jésus que de régner jusqu’aux extrémités de l’univers.

Mon enfantement approche.

Laissez-moi embrasser la lumière toute pure.

Quand j’y aurai réussi, je serai homme.

N’ayez pas Jésus Christ sur les lèvres et le monde dans le cœur.

Car c’est en pleine vie que j’affirme ma volonté de mourir.


Une eau vive murmure et chuchote à mon cœur : ‘Viens auprès du Père.’ »